Mattoth-Massé Séparés mais unis

, par  Paul Jeanzé

Notre paracha nous rapporte que les tribus de Gad et Réouvène possédaient de nombreux troupeaux. Or, quand tout le peuple arriva, au bout de quarante années d’errance, devant les rives du Jourdain, ces deux tribus demandèrent à Moché de ne pas traverser le fleuve. Sa rive orientale étant très verdoyante, elle conviendrait parfaitement pour le bétail. Comme on peut le comprendre, la réaction de Moché fut très dure : "Vos frères iraient au combat et vous resteriez ici !" Mais il y avait plus grave. À ses yeux, ces hommes étaient comparables aux explorateurs qu’il avait lui-même envoyés quelques trente-huit ans plus tôt et qui avaient préféré rester dans le désert. Ce n’est que quand les hommes de ces deux tribus s’engagèrent à conquérir la terre aux côtés de leurs frères que Moché accéda à leur demande. Quel détail, demandent les commentateurs, fit changer la position de Moché, pourtant si rigoureuse au départ ?

À l’écart du monde

Nos Maîtres expliquent que les hommes de ces deux tribus choisirent d’être bergers parce que cette occupation leur permettait de se consacrer à l’étude de la Thora. Ce travail d’une part, ne nécessité pas un grand investissement de l’esprit et favorise, par ailleurs, l’élévation spirituelle du fait de l’éloignement de l’agitation du monde. C’était là le motif profond de leur demande. En restant à l’écart du monde, ils préservaient la qualité de leur étude de la Thora. Quand Moché les entendit, il les compara tout de suite aux explorateurs qui demandèrent eux aussi à rester dans le désert pour les mêmes intentions. Cette demande allait à l’encontre de la volonté de Hachem qui avait créé le monde dans l’intention que le peuple juif investisse la matérialité par l’action concrète. À partir de là, pourquoi, dès lors, Moché accepta-t-il leur requête quand ils s’engagèrent à combattre auprès des autres tribus lors de la conquête ?

Pour Hachem et les hommes

Le peuple juif se divise globalement en deux catégories : la grande majorité du peuple consacre son temps à une activité professionnelle. La Thora que chacun étudie permet, alors, d’introduire la spiritualité dans le monde afin de le sanctifier. La seconde catégorie se compose d’individus entièrement voués à l’étude de la Thora. C’est à cette catégorie qu’appartenaient les tribus de Gad et Réouvène. Quand elles exprimèrent leur désir de se couper du monde, Moché manifesta un crainte légitime car la raison d’être de ceux qui étudient constamment est aussi d’apporter une viralité spirituelle à tout le peuple. En restant séparé du reste du peuple, ces deux tribus trahissaient l’idéal véritable de la Thora. C’est la raison pour laquelle, de prime abord, leur demande sembla suspecte aux yeux de Moché. Mais quand les hommes de ces deux tribus promirent de participer à la conquête, ils prouvèrent qu’ils étaient proches de leurs frères, tout en étant proche de Hachem.

Gérard Touaty (Actualité juive hebdo)