J comme...

mercredi 24 août 2022
par  Paul Jeanzé
popularité : 91%

Francis Jammes (1868 – 1938)

De l’angélus de l’aube à l’angélus du soir (1921)

J’allais dans le verger

J’allais dans le verger où les framboises au soleil
chantent sous l’azur à cause des mouches à miel.
C’est d’un âge très jeune que je vous parle.
Près des montagnes je suis né, près des montagnes.
Et je sens bien maintenant que dans mon âme
il y a de la neige, des torrents couleur de givre
et de grands pics cassés où il y a des oiseaux
de proie qui planent dans un air qui rend ivre,
dans un vent qui fouette les neiges et les eaux.

Oui, je sens bien que je suis comme les montagnes.
Ma tristesse a la couleur des gentianes qui y croissent.
Je dus avoir, dans ma famille, des herborisateurs
naïfs, avec des boîtes couleur d’insecte vert,
qui, par les après-midi d’horrible chaleur,

s’enfonçaient dans l’ombre glacée des forêts,
à la recherche d’échantillons précieux
qu’ils n’eussent point échangés pour les vieux
trésors des magiciens des Bagdads merveilleuses
où les jets d’eau ont des fraîcheurs endormeuses.
Mon amour a la tendresse d’un arc-en-ciel
après une pluie d’avril où chante le soleil.
Pourquoi ai-je l’existence que j’ai ?… N’étais-je fait
pour vivre sur les sommets, dans l’éparpillement
de neige des troupeaux, avec un haut bâton,
à l’heure où on est grandi par la paix du jour qui tombe ?

Ludovic Janvier (1934 - 2016)

Dans le jardin de Brambilla

Depuis cent ans que l’âme espère à bicyclette
il y a les pédaleurs de fête il y a les tâcherons
nous les pleins d’eau qui savons mal souffrir
on peut nous suivre à nos ahans dans la campagne
aux autres le fort bruit de soie d’un vélo bien mené
aux bien en selle aux bien en ligne aux affûtés
j’ai dû laisser partir les échappés je suis trop lourd
avec ce poids je devrais bien descendre même pas
loin derrière moi je me traîne en grimaces
et puis j’en ai assez de sonder le mystère
enfantin de la douleur qu’on s’inflige à vélo
surtout que des odeurs viennent du bois me ralentir
laissons-nous glisser rentrons dans l’immanence
et c’est là que tout à coup je pense à Pierre Brambilla
ah ça chez lui pas de grâce visible
on lui avait construit la tête à coup de poing
il pédalait comme on pioche et comme on bousille
il aurait dû gagner le Tour en 47
l’année Gide l’année Robic un été bleu
à chaise longue et fables sous les mouches
(je lisais "Rien qu’une femme" en guignant le bourdon
qui pompait la glycine et j’allais me caresser
dans la chambre bleue du fond presque froide)
eh bien quand par défaut de grâce il a dû raccrocher
au lieu de pendre sa machine à un clou du garage
et de l’y regarder ternir sous la poussière ignoble
au lieu de la fourbir en chambre tous les jours
où des pignoufs seraient venus la peloter
un jour il prend sa bicyclette et lui parlant
comme il l’a tant fait jusque-là sur les routes
sans pardon pour lui et sans quartier pour elle
il l’enterre à tout jamais dans le jardin

Pierre Brambilla mort aujourd’hui dit La Brambille.


Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 21 septembre 2022

Publication

616 Articles
Aucun album photo
4 Brèves
7 Sites Web
1 Auteur

Visites

7 aujourd’hui
48 hier
11138 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté