Poète, vos données !

, par  Paul Jeanzé

J’ai un mot de passe pour m’identifier
J’ai deux mots de passe pour me rassurer
J’ai trois mots de passe pour me protéger
Et un quatrième pour me rappeler des trois premiers

Au début j’avais choisi des mots très compliqués
Avec des lettres
Des chiffres
Des majuscules
Des caractères spéciaux
Et parfois même des épigrammes sophistiqués

Un beau jour pourtant
J’ai compris
J’ai compris que je n’avais rien à sécuriser
Alors j’ai supprimé mes mots de passe
Vidé mon coffre-fort
Rendu mes moyens de paiement
Et enfin j’ai abandonné mon joli trousseau de clefs
Au bureau des objets trouvés

Je suis resté là
Avec mon âme et mes idées
Quelques regrets
Deux ou trois remords
Et ce morceau de papier comme ultime réconfort