Un jour j’ai vu passer

, par  Paul Jeanzé

Un jour j’ai vu passer
Une vache avec un train de retard
La mauvaise herbe qui poussait
Avait retardé leur départ

Un jour j’ai vu passer
Le bonjour d’un passant
Impatient il attendait
D’être poli par le vent

Un jour j’ai vu passer
Un fer et sa vapeur
Avec il repassait
Du très beau linge en son honneur

Un jour j’ai vu passer
Quelle tristesse quelle horreur
Ma vie qui me quittait
Pour un mac migrateur

Le lendemain je vis passer
Errant dans le brouillard
Mon âme qui suivait
Un tout petit corbillard

Et si j’étais tout trépassé ?