Verres à pied

, par  Paul Jeanzé

Tous les matins en se levant
On devrait lire un verre ou deux
Et ainsi partir du bon pied

Tous les matins en se levant
On devrait dire une courte prière
Pour nos peurs laisser de côté

Tous les matins en se levant
On devrait laisser sa colère
Se rendormir sur l’oreiller

Tous les matins en se levant
On devrait regarder par terre
Le pied est nu il peut glisser
Tous les matins en se levant
On voudrait mettre le nez en l’air
Pour profiter du temps passé

Tous les matins en se levant
On a hélas mille choses à faire
Longue journée qui nous attend

Tous les matins en me levant
Rêveur flâneur nonchalamment
Je n’ai pas l’âme du prolétaire
Qui se croit damné de la terre
Qu’il aille au Diable
Lui et ses frères
Je me rendors paisiblement