Un petit air

, par  Paul Jeanzé

Que souvent il me suffirait
De marcher sur un petit chemin de campagne
Sous le soleil
Sous un ciel gris
Puis sous la pluie
Après la pluie

Peu importe si la boue à mes pieds vînt à se coller
Peu importe que par le froid je fusse gelé
Pourvu que les oiseaux
Mes oiseaux
Chantez s’il vous plaît !
Oui même sous la pluie
Avant qu’il s’en revienne le soleil
Car il reviendra bien un jour le soleil n’est-ce pas ?
Déchirer ce ciel tout gris
Assécher cette pluie qui jamais ne se tarit

Les oiseaux
Où êtes-vous mes oiseaux ?
Avez-vous trouvé des cieux plus radieux ?
Je sais bien qu’ici les arbres ont disparu
Je sais bien qu’ici vous n’avez plus de branche
Pour venir dessus vous y poser et puis chanter
Et puis chanter

Alors sous le ciel gris
Au milieu du silence de ce monde tronçonné
S’envole aujourd’hui cette plainte désabusée
Que demain la transforme en une douce mélopée