Au creux de la vallée

, par  Paul Jeanzé

Si un jour je devais
Me choisir un été
Un lieu un univers
Où venir reposer
Les plages seraient amères
Mais les montagnes comblées

Dans le creux d’un vallon
Sur le bord d’un torrent
J’écouterais l’eau chanter

Au pied d’un fin mélèze
Je regarderais tomber
Ces épines qui ne blessent
Que la mousse des sentiers

Au soleil palissant
L’automne annoncera
Qu’il lui faut s’en aller
Emportant avec lui le dernier estivant

Il est tard il fait noir
Le moment est passé
Je retourne en hiver
Dans ma vie bétonnée