Monsieur Z

, par  Paul Jeanzé

Pseudonyme du crépuscule
Choisi un soir pour m’insérer dans le réseau
Paradoxe déambulant d’un piéton de la toile qui préfère la solitude
Longtemps j’ai erré au milieu de commentaires à hauteur de caniveau

Souvent sur le bas-côté je fus assis à les regarder
Avant de m’en retourner sur mon chemin cahoteux
Recherchant de quelle façon je pourrais vraiment m’exprimer

Entre nous un écran un clavier
Il me faut choisir un mot de passe
Motpassant72
Une majuscule un chiffre ou deux
Cela sera un peu plus difficile à décrypter
Pour les pirates dont c’est le secret métier

De longues années devant moi se sont écoulées
Emportant loin d’ici mes rêves entrevus
De ce monde éperdu
Je me sentis longtemps refoulé
Je faisais de l’absence sur présence
C’est ce qu’il me fut répondu administrativement parlant

Zevoulon
Avec un Z qui n’a rien d’un Zorro
Je me contenterais volontiers d’un Don Diego
Avec ses livres sa guitare et sa jolie voix
Sans le masque des apparences
Et puis de toute façon
J’ai peur des chevaux