La page est tournée

, par  Paul Jeanzé

Et de continuer pourtant de tourner les pages de ce vieux cahier rouge tout déglingué. De rage, je raye une à une quelques réflexions idiotes, des chroniques oubliées et des lettres dévoyées. Et, une nouvelle fois, comme si la destinée s’amusait avec sa sœur coïncidence pour mieux me sortir de ma stupeur, pour mieux me sortir de ma torpeur, mais aussi pour m’inciter à ne pas renoncer, je lisais, avidement et plein d’espoir :

Commencer par le début, il faut toujours commencer par le début.
Devoir de mémoire, travail de mémoire, se souvenir du passé, du comment cela s’est…
Regarder en arrière, envie de me souvenir.
Combien de fois ai-je voulu coucher cette histoire sur le papier ?
Reprendre le début du texte sur le portable.
Inclure les écrits envoyés.
Témoignage
Je ne sais plus
C’est parfois dans des lieux incongrus que l’on prend conscience que l’on…

Il est presque 16 h. Dans quelques instants, je vais me retrouver devant trois rabbins. Dans quelques instants, j’aurai pour la dernière fois, le choix de reculer, de dire : « Non, je ne veux pas, je ne veux plus. » Comme à chaque étape importante.

Comment cela a-t-il commencé ?
Quand cela a-t-il commencé ?

Sans doute vais-je devoir replonger dans les souvenirs d’enfance. Il me semble en effet difficile de croire que j’ai pu me décider à rejoindre les enfants d’Israël un beau matin en me réveillant après la visite nocturne du prophète Élie. Non, on ne se réveille pas un beau matin, expert en pose des tefillin [1], se recouvrant du Talith [2] puis récitant de la façon la plus fluide qui soit le Chéma Israël et ses quatre magnifiques paragraphes.
À 40 ans passés, que nous reste-t-il de nos souvenirs d’enfance, comment les relier à ce cheminement. Et faut-il faire ce travail de mémoire ?

[1Petites boîtes enfermant des bandes de parchemin sur lesquelles sont inscrits des versets de la Torah, et qui s’attachent au bras gauche et sur le front, pendant la prière du matin.

[2Châle de prière

Navigation