Le meilleur des Mondes

, par  Paul Jeanzé

Tout va bien dans le meilleur des mondes
Ai-je dit à mon voisin
Le pauvre trouvait les gens immondes
J’ai mis fin à ses souffrances d’un bon coup de surin

Qu’il m’est doux de soigner l’âme de mon prochain
J’ai l’humeur vagabonde
De faire ce métier vieux comme le monde
Montrer à l’autre ce qui est vraiment humain

Je ne travaille pas au nom du Divin
Avec le temps je suis devenu bien plus malin

Tiens, l’orage gronde
Un éclair a frappé non loin
La pluie incessante tombe sur le chemin
L’eau monte
L’eau monte

Mon Dieu je ne peux plus appeler à l’aide
Je n’ai plus de voisin