Poème à un ami

, par  Paul Jeanzé

Ami,
J’aurais voulu te parler des oiseaux
Qui chantent à l’abri dans les branches
De l’escargot qui avance doucement sur la planche
Du soleil qui me regarde de là-haut

Ami,
J’aurais voulu te raconter ma longue randonnée
Des traces que j’ai laissées au creux d’un fossé
Là où les hardes de sangliers
Viennent dans la boue se rouler

Ami,
J’aurais voulu te dire combien c’était beau
Et quelle était ma chance
En cette douce matinée de dimanche
De contempler…

Mais à quoi bon Ami ?
Ils ne veulent plus que je vienne chez toi te serrer la main
Encore moins que je t’embrasse tu penses bien
Ils veulent que je reste à distance
Ils disent même que c’est pour mon bien et pour le tien
Mais que peuvent-ils savoir de l’amitié, de l’amour et de la souffrance ?
Que peuvent-ils savoir de la vie alors qu’ils refusent l’idée même de mourir ?
Ce ne sont plus que des corps sans âme qui n’expriment plus rien

Allez va mon Ami
Reprends courage, ta pèlerine, ta besace et ton bâton
Pars sur les chemins à la rencontre de l’être humain

Moi, je n’en peux plus
Je suis perdu
Ils sont déjà entrés dans ma maison
Pour procéder à sa désinfection

Mai 2020