La pêche aux sons

, par  Paul Jeanzé

Quand le moral est au beau fixe
La morale court un très gros risque
Dans une chorale chante un gros cuistre
C’est vrai, c’est juste, il sonne faux

Près du corail dort l’écrevisse
Un gouvernail, un frêle esquif
Le portail couine, il manque une vis
À moi aussi, dans mon cerveau

Le vitrail grince, il geint il crisse
Avec mes mains avec mes griffes
Les paroissiens sont au supplice
Mince une entaille je l’ai cassé

Près de l’étang j’attends longtemps
Que passe un banc de gros poissons
Qu’ils mordent enfin à l’hameçon
J’aime tant la pêche, la pêche aux sons