Un tableau de maître

, par  Paul Jeanzé

Berthelot !
Au tableau !

À un cœur bondissant
À un cerveau bouillonnant
À des tempes en sueur
À des yeux en pleurs
Ne répondait que le pas lent et traînant
Du petit écolier condamné à perpétuité
Au zéro pointé

Alors Berthelot, quelle excuse m’avez-vous aujourd’hui inventé ?

Un jour Monsieur le Maître
Moi aussi j’écrirai des poèmes
Et un jour peut-être, oui un jour peut-être
Alors que je serais devenu vieux, mais vraiment très très vieux Monsieur le Maître
Alors que je me serais assis difficilement au fond de la classe

Un petit écolier du premier rang
Un peu intimidé se lèvera de sa chaise

Berthelot !
Au tableau !

À un cœur bondissant
À un cerveau bouillonnant
À des tempes en sueur
À des yeux en pleurs
Ne répondra que le souffle lent et traînant
D’un vieillard silencieux et souriant
Tirant enfin sa révérence
À de lointains souvenirs d’enfance